Suite à un journal de 20h du 25/07 (que je ne regardais déjà plus beaucoup depuis longtemps), j’ai choisi de rédiger cet article pour exprimer un léger « ras-le-bol » vis-à-vis de certains médias très populaire, qui selon moi ne sont pas à la hauteur de leur notoriété. Hier soir, 20h20, le journal aborde le sujet de la voiture piratée par deux chercheurs informatiques (Charlie Miller et Chris Valasek)… Information relayée de manière catastrophique !

D’abors, que s’est-il passé réellement avec cette voiture ?

Aujourd’hui, le piratage et le hacking sont des problématiques d’envergures internationales.

Pour peut-être un peu mieux comprendre cette introduction, je peux vous renvoyer sur un de mes articles précédent concernant la conférence sur la cybersécurité..

Avec l’essor des nouvelles technologies, de plus en plus d’objets de notre quotidien sont connectés à des réseaux publiques, des réseaux de partage, ou des réseaux internet. A partir du moment ou un appareil ouvre une porte vers son système d’exploitation, retenez bien que celui-ci est vulnérable. Dans le cas de la « Jeep Cherokee », une grande partie de son fonctionnement reposait sur un système connecté. C’est ce que l’on appel plus couramment les voitures connectées. Un célèbre journaliste américain conduisant ce véhicule s’est vu perdre le contrôle de celui-ci (freins, climatisation, et même le volant dans certains cas) suite à une intrusion dans le système informatique du véhicule. La vidéo populaire du magasine Wired se termine par une très belle mise dans le fossé de la voiture par les hackers. Cette vidéo (certes alarmante) était tout de même (précisons le) une expérience avant-tout. Chrysler (le constructeur) travaillait déjà depuis plusieurs mois avec les ingénieurs informatiques ayant pénétré le système informatique de la voiture. Un des objectifs était de montrer les failles et les faiblesses des constructeurs automobiles actuels. Ne cédons donc pas tout de suite à la panique ! L’expérience est certes importante, et les deux ingénieurs en informatique l’on bien indiqué : leur travaux sont pour l’instant très bien gardé pour éviter la propagation de leur système. Chrysler met déjà quant à lui des solutions pour corriger la faille de son système. Mais alors, pourquoi suis-je énervé ? 😯

Les médias, s’il vous plais… Ne racontez pas n’importe quoi !

Voici la vidéo qui a tout déclenché :

Alors au début, la vidéo nous explique un peu de quoi il s’agit. Je dois dire que jusque là tout va bien. On nous montre que le journaliste ne contrôle plus rien, on voit la voiture aller dans le fossé, on nous montre les deux pirates ingénieurs… Très bien. Cependant, et la c’est grave, à aucuns moment on nous explique réellement la cause du problème. Tout ce qu’on nous dit c’est : « les voitures sont des ordinateurs ambulants », et « Tout est électronique »…Messieurs, c’est pas tout à fait faux, mais ce n’est pas vrai non plus ! Comme je le disais ci-dessus, le réel problème de ces appareils n’est pas l’électronique, mais bel et bien la connexion à un réseau extérieur ! Que votre voiture possède de l’électronique, c’est pas nouveau ! Mais qu’elle puisse se connecter à des réseaux 4G, Bluetooth etc… Il est là le danger et à aucuns moment le reportage ne l’indique. Le journal « Le Monde » explique très bien le problème. LUI fait bien son job !

Avec ces démonstrations, les deux chercheurs comptent mettre l’accent sur les risques créés par la multiplication des outils informatiques connectés à Internet dans les voitures. Dans ce cas précis, Charlie Miller et Chris Valasek se sont appuyés sur le système Uconnect, « un ordinateur connecté à Internet présent dans des centaines de voitures Fiat Chrysler et camionnettes, qui contrôle la navigation et les outils multimédias du véhicule, permet de téléphoner et offre même un hot spot Wi-Fi », explique Wired.

Il y a quand même une différence non ?
Le reportage présenté par le média télévisé à forte notoriété n’a clairement pas fait son travail comme il se doit. Son rôle est bel et bien d’informer. Nous expliquer les faits, c’est une chose, mais quant on souhaite après en faire une micro analyse deux choix s’offrent à nous : Soit on fait correctement son travail en se renseignant, soit… On dit rien ! Ou est l’information si on cherche uniquement à nous donner des raccourcis mal interprétés ?

Et c’est pas la première fois, qu’on nous raconte n’importe quoi…

Et oui, je fais parti de ceux qui pense que les média de la télévision et de la radio ne sont plus toujours très fiables. S’essoufflent-ils face à la montée d’internet ? N’ont-ils plus rien à nous à nous dire ? Je ne sais pas… En tout cas je vous invite à lire également l’article de Antoine Leroux (@seofriendly) sur une belle boulette prononcée par un journaliste radio. Selon l’interrogé il est impossible de se dé-référencer de Google… Ah bon ? En es-tu sûr ? Je vous invite vivement à lire la réaction d’Antoine réaction en cliquant sur sa vignette ci-dessous ! 😉

Antoine Leroux SEO Rennes

Attention… Parfois la vérité est bel et bien ailleurs

On a le droit de se tromper… La n’est pas la question. Ces médias ont tout de même un devoir de nous informer correctement. Ce ne sont pas des sujets difficile à expliquer simplement. Quelques mots clés suffisent à résumer l’information. On arrive à se demander si pour des sujets beaucoup plus grave, leur professionnalisme reste à la hauteur… Il est important de nos jours de se renseigner par soi-même avant de tirer des conclusions. Ce que l’on nous dit aux infos, ne reflète pas toujours la réalité de certaines choses !
Bon, fin de l’article en mode « Rageux » 🙂 Pour plus d’infos : Je vous met le lien de l’article de « Le Monde » qui est réellement très bien -> ici
Et si vous ne l’avez pas encore vu, je vous met la vidéo entière du piratage (Anglais)