Il fallait qu’on en parle !

Depuis le temps que j’en parle, place à l’algorithme de Viterbi ! Mais avant ça il est nécessaire de replacer les choses un peu dans l’ordre. Oui en effet, pour comprendre comment Google tire un maximum de bénéfices de cet algorithme, on est obligé de parler du lissage d’algorithme.

Lisser un algorithme ou une probabilité

C’est un phénomène assez récurrent dans l’analyse de probabilités, ou dans l’élaboration d’algorithmes complexes. Le lissage consiste à simplifier grandement les processus d’exécution des différentes tâches qu’implique un algorithme, ou un calcul de probabilité. On cherche en quelques sortes un chemin simplifié, permettant d’accéder à un résultat par conséquent plutôt approximatif. Néanmoins le lissage n’implique pas de pertes conséquentes de pertinences. Mais un peu quand même 🙂 !

Google, champion du lissage

Google est en réalité contraint de lisser la plupart de ces algorithmes. La masses de données à traiter, à stocker… est telle, que le lissage trouve parfaitement sa place, dans la simplification des tâches des algorithmes de Google. Les principaux concernés : Ngrams et PageRank. Évidemment, loin de moi l’idée de dire que le travail effectué par Google est mauvais ! Mais cependant on est en droit de penser que : simplifications sur simplifications… Ça amène quelques doutes quand même ! Et puis on le sais tous : Google est pressé et feignant 😉

Viterbi : une perle dans l’intelligence de Google

L’algorithme de Viterbi, c’est top. Et Google lui doit beaucoup. En effet c’est grâce à cet algo que notre moteur de recherche favoris arrive à prendre tout seul certaines décisions. Et cela, dans le but nous prouver qu’il est le meilleur, et qu’il prend soin de nous. Puisqu’il peut en partit prédire ce que l’on souhaite rechercher (les Ngrams), il peut tant qu’à faire nous corriger continuellement, ne pas tenir rigueur de nos petites maladresses, de nos moments d’inattentions… Tout en nous fournissant au final, des résultats toujours aussi pertinents ! Ou presque…